a

Call of Duty, enfin une date de sortie !

 

Call of Duty, enfin une date de sortie !

Alors que les rumeurs enflaient sur la toile pour tenter de soulever le voile recouvrant la nature du prochain Call of Duty, Activision a décidé de couper court aux diverses théories en tweettant une bande-annonce. On y apprend notamment que le titre fera partie de la série des Black Ops et devrait sortir peu avant Noël, le 12 octobre prochain. De plus amples informations seront dévoilées lors d’un événement communautaire programmé pour le 17 mai 2018.

Bande-annonce aux contours flous de ce Black Ops IIII.

Le choix d’une série

La cadence effrénée des sorties Call of Duty, menée depuis plusieurs années par les trois studios de développement Treyarch, Infinity Wars et SledgeHammer Games ne ralentit pas. Le dernier né des FPS épiques, Call of Duty World War II sorti en novembre 2017, a été plutôt bien accueilli par la critique, notamment grâce à ce retour aux sources, en abordant une période qui renvoie aux campagnes d’anciens titres tels que Call of Duty : Le Jour de Gloire, Call of Duty 2 ou encore Call of Duty 3 : En Marche vers Paris. Pourtant, qui aurait pu penser que la licence allait renouer avec le succès après la sortie désastreuse de Call of Duty : Infinite Warfare en novembre 2016. Incompris par les joueurs, le titre avait tenté d’apporter des mécaniques de jeux bien trop novatrices et futuristes pour la communauté, avec en toile de fond un conflit terroriste bancal opposant la Section de Combat Aérospatial et de Reconnaissance 1 (SCAR 1) au Front de Défense des Colonies (FDC)…

Cependant, la série Black Ops s’est, à de nombreuses reprises, inspirée des évolutions militaires possibles qu’elles soient réelles ou totalement fictives. Ainsi, si dans Black Ops I, le joueur incarnait un agent de la CIA durant la guerre froide, dans Black Ops II, le titre alternait avec brio entre des flashbacks/missions de 1980 et les années 2025. Dernier de la portée, Black Ops III, relativement bien accueilli par la communauté, prenait place dans un futur sombre en 2065. Dans ce dernier, l’équipement militaire des alliés comme des ennemis avait fait l’objet de recherches approfondies, avec la possibilité d’utiliser différents types de drones, de hacker certains systèmes ou encore de bénéficier d’améliorations transhumaines caractérisées par des implants ou encore des exosquelettes. La grande question pour ce Black Ops IIII est donc de savoir dans quelle époque vont nous projeter les développeurs.

Du moins, quelques éléments interviennent dans ce trailer, comme l’indication « 24 heures avant la première frappe », une carte des États-Unis avec la côte Est et les alentours de New-York ciblés ou encore le niveau d’alerte DEFCON 2 qui suggère un engagement possible des ressources militaires et le déploiement des troupes en moins de 6 heures. Une attaque terroriste biologique, un état belliqueux sur fond de guerre nucléaire ou une invasion extraterrestre ? Impossible de trancher. De plus, sur Twitter comme Youtube, la communication autour de ce prochain Call of Duty joue la carte du mystère avec cette simple phrase « Forget what you know. » soit dans la langue de Molière, « Oublie ce que tu sais. ». Ces quelques mots suggèrent sans doute une approche totalement inédite du scénario, comme du le gameplay…

 

Barres d’interrogation

Déjà, ce mercredi 7 mars, les réseaux sociaux s’étaient enflammés à cause d’une photo de la star de NBA évoluant au poste d’arrière des Houston Rockets, James Harden. Ce dernier, en arrivant à son match contre Oklahoma City Thunder, arborait une casquette noire avec quatre barres orange ressemblant énormément au logo et à la typographie jusqu’alors utilisés dans la série des Black Ops. Si, désormais l’on sait que le joueur professionnel américain de basket ball portait bien l’insigne du futur FPS d’Activision et Treyarch, les quatre barres pour Black Ops IIII continue d’alimenter les conversations...

Pour la petite Histoire, nos confrère britanniques d’Eurogamer sont allés jusqu’à demander conseils auprès d’un académicien au British Museum pour savoir pourquoi le titre est écrit « IIII » et non « IV ». Ainsi, les romains utilisaient autrefois les deux possibilités favorisant même le principe d’addition pour compter comme par exemple « VIIII » pour « IX » ou « XIIII » pour « XIV ». Ce n’est qu’à partir du XIIIème siècle que la terminologie s’est précisée pour n’utiliser que la version soustraction « IV ». Cette méthode a permis de simplifier et d’unifier certains domaines comme l’horlogerie pour la lisibilité des heures affichées sur le cadran. Par ailleurs, le logo de ce Black Ops IIII s’inscrit dans la continuité des titres précédents, assurément à des fins esthétiques et d'appartenance. Une polémique qui pourrait, dans quelques années, refaire surface avec un éventuel Black Ops V.

 a