a

Interview du couteau-suisse français !

 

Interview du couteau-suisse français !

Pour tous les fanatiques tricolores et les professionnels de l’eSport, impossible de passer à côté de l’un des joueurs les plus talentueux du pays : Nicolas « NiCOgdh » Moret. Ayant évolué tour à tour lors de sa carrière aux postes de DPS et d’Offtank, il sait jouer la plupart des héros que composent le FPS de Blizzard. Son parcours et son palmarès témoignent du travail acharné qu’il fournit quotidiennement avec de nombreux titres, que ce soit au sein de Rogue ou plus récemment aux côtés de ses coéquipiers d’Eagle Gaming. Sans doute, NiCOgdh sera l’un des atouts décisifs de cette prochaine Coupe du Monde.

nicogdh_1_article
Un petit tour sur sa page Liquipedia pour comprendre à quel type de joueur on a affaire.

Tristan Karache : Sélectionné en 2017, puis de nouveau en 2018, comment avez-vous accueilli la nouvelle ?

NiCOgdh : Mon premier sentiment a été d’éprouver beaucoup de fierté. Représenter la France dans un jeu qui comporte plus de 40 millions de joueurs, c’est un honneur pour moi. J’avais envie de prendre ma revanche sur les coréens et j’ai tout fait pour pouvoir être sélectionné à nouveau. Je serai remplaçant donc je ne pourrais pas jouer tous les matchs, mais je vais faire de mon mieux sur les cartes où je serai aligné. Je l’ai su un peu avant l’annonce sur Twitter et mon premier réflexe a été de prévenir mes parents qui voulaient absolument savoir si j’allais, une nouvelle fois, porter les couleurs de la France. Naturellement, ils étaient plutôt fiers d’apprendre ma nomination.

 

TK : Comment se sont passés les trials ? Étiez-vous confiant concernant vos chances d’être sélectionné ?

N : J’étais assez confiant, mais je savais qu’il faudrait me battre et, pour être honnête, je pense que j’aurais pu faire encore mieux lors des trials. . Daemon avait seulement deux semaines pour tester un nombre important de joueurs tout en respectant une certaine forme d’égalité pour tous les participants. En tant que DPS, la méta actuelle est principalement portée sur Widowmaker et Hanzo, deux héros que je n’ai presque jamais joué en match officiel. Avec des joueurs comme Asking et SoOn, le challenge était vraiment relevé. Aujourd’hui, après beaucoup de travail, je pense être devenu très fort sur Hanzo.

Mon rôle dans l’équipe de France va être de jouer soit Offtank soit DPS. Maîtriser ces deux rôles pour un joueur est très compliqué, assez inhabituel, c’est je pense un atout qui a joué en ma faveur.  Avec le changement de méta, j’avais beaucoup joué Offtank chez Eagle Gaming. Depuis les trials, je me suis beaucoup entraîné et j’ai récupéré mon niveau d'auparavant en DPS.

 

TK : Dans cette équipe, on retrouve Unkoe, Soon, AKM, Poko, Winz et Benbest, pour la plupart des anciens joueurs des Rogue mais aussi de l’équipe de France. Qu’est-ce que vous pensez de cette formation ?

N : J’ai adoré jouer avec cette équipe auparavant, pendant 8 à 9 mois. On avait réussi à gagner pas mal de tournois. On discute souvent ensemble pour prendre des nouvelles, parler de l’Overwatch League et autres. J’aime bien leur mentalité ultra compétitive. Ils détestent perdre ne serait-ce qu’un match en entrainement et je suis pareil. Je donne tout car je veux tout gagner sans exception. C’est quelque chose que je retrouve aussi chez Eagle Gaming. Ce sont juste des personnalités différentes et j’aime autant jouer avec les aigles qu’avec les anciens Rogue. Dans les deux cas, ce sont mes amis et c’est pour cette raison que j’ai hâte de pouvoir me battre à nouveau avec eux.

J’approuve la composition de l’équipe, à mes yeux tous les joueurs sélectionnés méritent leur place. Certains ont eu des doutes sur le choix des joueurs pour l’équipe de France, surtout concernant la sélection de Winz. J’ai joué avec lui pendant des mois, il est l’un des joueurs les plus intelligents qu’il m’ait été offert de rencontrer sur Overwatch. Il a été champion du monde sur un plusieurs jeux vidéo, il a beaucoup d’expérience en lan et il a une très bonne vision de jeu. Je n’ai pas de doutes sur ce joueur ou sur cette équipe, et je pense qu’avec un entraînement intensif et adapté nous sommes capables d’aller très loin.Il faut nous faire confiance. Si par la suite, nous perdons des matchs, la communauté pourra nous juger mais, en attendant, c’est trop tôt…

 

TK : Vous jouez au rôle de DPS/Offtank au sein de cette équipe de France alors que vous jouez depuis quelques temps beaucoup le rôle d’ d’Offtank. N’avez-vous pas peur d’être un peu « rouillé » ? Quels héros pensez-vous jouer ?

N : En effet, nous avons décidé avec Eagle Gaming de me donner plus de flexibilité. En parallèle des entraînements de l’équipe, je m’exerce énormément en compétitif pour me maintenir sur ces héros. Depuis que je joue à Overwatch, on m’a toujours fait switch entre Offtank et DPS. Au bout d’un moment, j’arrive à gérer mon pool de héros. De base, il y a des chances pour que je sois le Genji de l’équipe de France une nouvelle fois. Sur la formation triple-tanks, je pense que Zarya sera jouée par Poko alors que personnellement j’assurerai la D.Va. Sur le reste de mes picks, il est possible que je joue Hanzo, Brigitte, Pharah, Tracer et Junkrat. Un rôle un peu de couteau-suisse. Je vais travailler tous les héros offtanks et DPS, notamment sur les projectiles.

nicogdh_2_article
NiCOgdh a toujours fait parti des joueurs titularisés pour Eagle Gaming. Une structure qui comporte 12 joueurs.

TK : Quels sont les atouts et les faiblesses de cette équipe de France selon vous ?

N : Pour l’instant, je ne peux pas me prononcer sur cette question car nous n’avons pas encore eu de véritables entraînements ensemble. La préparation ne commencera qu’en août car des personnes sont engagées dans les playoffs de l’Overwatch League et d’autres, comme BenBest et moi, sont en Contenders. Mais je pense que la méta devrait nous offrir un certain avantage dans le sens où Soon est actuellement l’un des meilleurs joueurs de Widowmaker.

 

TK : Lors de la phase qualificative qui aura lieu en France, vous allez affronter le Royaume-Uni, la Pologne, l’Italie, l’Allemagne et les Pays-Bas. Est-ce que vous pensez que le coq devrait pouvoir s’en sortir ?

N : Je pense que nous avons nos chances. Le Royaume-Uni peut représenter une menace avec de très bons joueurs. J’ai confiance en notre équipe qui comporte de nombreux joueurs de l’Overwatch League qui ont la culture de la gagne et du travail quotidien acharné. J’ai toujours fait des grosses compétitions à l’étranger, ça sera la première fois que je jouerai devant un public français, mais je pense que ça sera plutôt positif pour nous. Le public va nous donner l’envie de nous dépasser. On aura aussi le soutien de nos proches , c’est un avantage psychologique. Ca va me pousser à jouer comme jamais pour leur montrer de quoi je suis capable en espérant qu’ils soient fiers de moi.

 

TK : Dans cette coupe du monde, quelles vont être, selon toi, les équipes qu’il va falloir redouter ? Des joueurs en particulier ?

N : Tout le monde se doute que la Corée du Sud va être la meilleure équipe avec les joueurs les plus performants du monde à chaque poste. Je n’ai même pas besoin de préciser qu’il va falloir les redouter… Ils ont Saebyeolbe et Libero qui sont les meilleurs joueurs selon moi, Fleta qui domine sur tous ses picks ainsi que Fate en tank qui est l’un des plus performants à ce niveau, avec Fissure. Je pense que tout le monde a entendu parlé de JjoNak. Il fait autant de DPS sur Zenyatta qu’un vrai DPS... Cette année encore, c’est l’équipe à battre.

Il y a aussi la Suède. La Finlande sera au rendez-vous avec de très bons éléments comme Taimou ou LiNkzer. Ensuite, le Canada et les Etats-Unis devraient être des adversaires redoutables avec des joueurs comme Agilities/Bani, et sinatraa/ZacharEEE. Ces quatre équipes seront à surveiller. Pour finir, la Chine pourrait bien créer la surprise si elle aligne les joueurs de la meilleure équipe Contenders qui sont excessivement bons.

 

TK : Quel est votre objectif pour cette coupe du monde ?

N : L’objectif reste le même, nous voulons ramener la Coupe. Le premier challenge, c’est de passer le monstre coréen. L’année dernière, je pense qu’on aurait pu réussir si on avait pas accumulé autant de fatigue lors du match contre la Chine. Ce week-end, les bleus ont gagné la coupe du monde en Russie et on aimerait réaliser le même exploit sur Overwatch pour le bonheur de la communauté française.

 

TK : Est-ce que lors de ces grands rendez-vous, à l’image des plus grands sportifs, vous avez un ou des rituels ?

N : Je n’ai pas vraiment de rituel, mais j’ai toujours une bouteille d’eau à côté de moi. À chaque fin de manche, je bois une gorgée. Ca me permet de me rester concentré. Même en entraînement, j’ai cette petite manie. Je ne pense pas pouvoir perdre dans le cas où je n’aurais pas une bouteille, mais ça pourrait quand même avoir un petit impact...

 a