a

L’Allemagne et le Mexique rejoignent l’IeSF

 

L’Allemagne et le Mexique rejoignent l’IeSF

L’eSport-Bund Deutschland (ESBD) ainsi que la Mexico eSport National Federation (FNDEM) font parties désormais de l’IeSF, la Fédération Internationale d’eSports créée en août 2018. En additionnant leurs forces, les différentes associations esportives nationales devraient être en mesure de peser pleinement sur les futures décisions concernant, entre autres, l’organisation de compétitions à l’échelle mondiale telles qu’une possible participation sur différents titres aux Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo. Ensemble, les entités devraient également pouvoir influencer les développements et les choix adoptés par les éditeurs, studios, législateurs, diffuseurs et autres acteurs qui supportent l’écosystème de l’eSport.

iesf_1_article
En théorie, rien n'empêche l’arrivée de disciplines eSportives au sein des Jeux Olympiques, sauf peut-être la volonté du CIO...

L’enjeux des jeux

Dès lors, l’ESBD est la dernière fédération en date à s’être alliée à l’IeSF. Son président, Hans Jagnow, a confirmé qu’il représenterait son organisme lors du forum, prévu en juillet, orchestré par le Comité International Olympique (CIO) : « Nous sommes ravis de faire partie des nations eSportives représentées au sein de l'IeSF. À la lumière des défis communs que nous partageons avec la communauté internationale d’eSports, comme par exemple le débat olympique, nous apprécions l'opportunité qui nous est offerte de nous retrouver côte à côte avec nos homologues de l'eSport issus des quatre coins de la planète ». Créée en décembre 2017, la fédération allemande est parvenue à rassembler une vingtaine de structures professionnelles comme amateures dont Unicorns of Love, H2K Gaming, l’ESL et la German Industry Association. Plus tôt cette semaine, la fédération mexicaine a été acceptée au sein de l’IeSF. Son président Woong Lee a annoncé que cette alliance « va permettre d’appliquer et respecter les lois de l’IeSF et devrait contribuer à maintenir un environnement compétitif et juste pour les sports électroniques ». En mars dernier, la FNDEM a conclu un accord avec la Korea e-Sports Association (KeSPA), fédération sud-coréenne, dans l’optique d’échanger des données. La KeSPA a ainsi fourni de précieuses informations portant sur ses connaissances et son expérience. De plus, les deux entités travaillent conjointement sur l’essor de projets inter-régionaux. Avec l’ajout de ces deux fédérations portant le nombre de nations représentées à 48, l’IeSF devrait être en mesure de poursuivre les négociations avec le CIO.

Après avoir effectué une consultation au cours de l’année 2017 auprès des principaux acteurs de l’eSport, le CIO ainsi que la Global Association of International Sports Federations (GAISF) se sont réunis afin d’accueillir un forum sur l’eSport le 21 juillet prochain au Musée Olympique de Lausanne en Suisse. L'objectif du forum sera d'éduquer les membres du CIO et de la GAISF sur l'industrie de l'eSport et d'explorer les opportunités d'engagement pour le Mouvement Olympique, instance dirigée par le CIO réunissant les diverses organisations olympiques et les partenaires. Kit McConnell, Directeur des Sports pour le CIO a déclaré que « c’est avec plaisir que nous allons tenir notre premier “Forum eSports” qui se profile comme l’occasion, à la fois pour le Mouvement Olympique et pour les représentants du monde de l’eSport, d’engager la conversation, d’écouter et d’apprendre les uns des autres afin d’entrevoir les opportunités potentielles de collaboration. Le CIO et la GAISF suivent de près les développements exponentiels liés à l’eSport à l'échelle mondiale, et nous attendons avec impatience cet évènement ». Selon le site Sports Business Daily, la liste des participants au forum comprend de grands noms de l’industrie tels que Nicolo Laurent, CEO de Riot Games, Michael Morhaime, Président et co-fondateur de Blizzard Entertainment, Nate Nanzer, Commissaire de l’Overwatch League, Justin Dellario, Responsable des programmes eSports chez Twitch, ou encore John Bonini, Vice-Président d’Intel et General Manager de la division eSport et gaming. Pour rappel, en février dernier, le CIO s’est engagé aux côtés d’Intel et d’ESL afin d’organiser les Intel Extreme Masters Starcraft II en amont des Jeux Olympiques d’hiver à PyeongChang. À signaler également que plusieurs disciplines eSportives seront présentes lors des Jeux Asiatiques de 2018 à Jakarta en Indonésie.

iesf_2_article
Counter-Strike est certainement l’une des plus vieilles licenses eSportives.

Fédérer les joueurs de CS

Annoncée officiellement seulement le 29 juin dernier, l'Association des Joueurs Professionnels de Counter-Strike (CSPPA) compte environ 90 joueurs de haut niveau. Après avoir capté l’attention de la communauté de joueurs professionnels durant des années, la constitution d’une instance représentative internationale cherchant à répondre aux besoins des pros gamers est désormais d’actualité et rendue public. Créée en début d’année, la CSPPA est le fruit de la collaboration de Scott "SirScoots" Smith, véritable vétéran de l'eSport avec l’organisation Danish Elite Athletes Association ainsi qu’un groupement de joueurs piloté par Andreas « Xyp9x » Højsleth. Le conseil d’administration de l’association est composé du danois Xyp9x, membre d’Astralis, du brésilien Epitacio « TACO » de Melo jouant pour Team Liquid, de Tarik « tarik » Celik de Cloud 9, des états-uniens Jonathan « EliGE » Jablonowski de Team Liquid, Jordan « n0thing » Gilbert, Chris « chrisJ » Jong de Mousesports, et pour finir, du français Nathan « NBK » Schmitt de G2 Esports. Les activités quotidiennes de la CSPPA, y compris les conseils juridiques auprès des joueurs, seront dirigées par le Michael Døi, Conseiller Juridique, et par Mads Øland, Président Directeur Général de la Danish Elite Athletes Association, une organisation qui agit comme un syndicat au Danemark.

« Comme toute autre association de joueurs, nous travaillerons pour garantir les meilleures conditions de travail possibles aux joueurs de CS: GO, tout en tenant compte de la nature particulière de l'industrie, a précisé Michael Døi. Dans tout sport, il est logique que les joueurs puissent influencer leurs conditions d'emploi. Il y a certainement une énorme différence dans la façon dont les contrats CS: GO sont structurés, et il y aura certainement des joueurs qui pourraient bénéficier de conseils lors de la signature. Notre objectif est de représenter les joueurs de la meilleure façon possible et d'aider toute la scène à évoluer dans une direction positive ». Si l’initiative semble louable, la CSPPA va certainement devoir trouver de nouveaux partenaires dans les prochains mois afin de pallier aux diverses difficultés d’une telle organisation, comme les différences entre les législations (très prononcées entre les différents pays), les problématiques inhérentes à une association (financement, trésorerie, personnel…) ou encore le manque d’expérience. Toutefois, cette nouvelle association pourrait compter sur l’aide des différentes fédérations nationales et par extension, de l’IeSF.

 a