a

Tencent passe à l’offensive

 

Tencent passe à l’offensive

Selon une source de The Investor, Tencent va investir massivement dans le studio de développement Bluehole pour 600 milliards de won (monnaie coréenne), soit un peu plus de 562 millions de dollars. Le géant de l’internet chinois souhaite ainsi fortement renforcer sa position sur le titre PlayerUnknown’s Battlegrounds afin de s’attribuer une partie des excellents résultats financiers affichés par l’entreprise. Pour le moment, aucun accord n’a été officiellement communiqué par les différents protagonistes.

tencentbluehole_1_article
Tencent pourrait ainsi devenir le second plus gros actionnaire, derrière le fondateur de Bluehole, Chang Byung-gyu qui possède 20,4% des parts du studio.

La fontaine de wons

Tencent possède déjà 1,5% des parts de Bluehole. La société chinoise avait dû débourser la somme de 70 milliards de wons en 2017, soit environ 64 millions de dollars. Les actions non cotées du studio coréen ont atteint les 600 000 wons en mai (556 dollars) contre 30 000 wons (28 dollars), un an auparavant. De plus, la capitalisation estimée de l'entreprise a également grimpé à 5 000 milliards de wons, soit 4,5 milliards de dollars, contre 200 milliards de wons (185 millions de dollars) au cours de la dernière année. Bluehole est ainsi devenu l'un des quatre plus gros producteurs de l'industrie du jeu en Corée du Sud, aux côtés de Nexon, Netmarble Games et NCsoft. En se basant sur un gameplay réussi et une stratégie marketing intelligemment menée, le titre aurait amplement séduit les joueurs des cybercafés coréens. The Investor avance que PlayerUnknown’s Battlegrounds détiendrait 40% de ce marché, devant League of Legends, édité par Riot Games et ses 23%, mais aussi devant Overwatch de Blizzard Entertainment et ses 7%. L’engouement asiatique est tel que la plateforme de distribution Steam a amplement bénéficié de l’introduction de PUBG dans son catalogue. Sur les 291 millions de joueurs que comptabilise actuellement la plateforme, plus de 64% des utilisateurs ont fixé leur langue en mandarin, dialecte officiel de la République Populaire de Chine, Taiwan et Singapour. Sur l’année 2017, la plateforme a engrangé plus de 63 millions d’utilisateurs, une hausse principalement survenue à la suite de la sortie du jeu de Bluehole en mai.

Selon la source anonyme de The Investor, « depuis l'année dernière, Tencent communique et négocie avec des sociétés de capital-risque qui détenaient des participations dans Bluehole ». D’autres investisseurs à la carrure similaire tels que Microsoft, Sequoia Capital et la Japan’s SoftBank, auraient également été tenté par une introduction dans la participation du studio. L’une des plus grosses problématiques qui freine les éventuels investisseurs est l'extrême dépendance de Bluehole à l'égard de son unique gros succès. Par ailleurs, la source a déclaré que Tencent renforçait son emprise sur Bluehole en raison de son vaste réseau de distribution mondial qui pourrait potentiellement dégager d’importants bénéfices. Tencent, par exemple, a déjà obtenu les droits de distribution de PlayerUnknown’s Battlegrounds en Chine et a activement contribué au développement de la version mobile du jeu qui sera, à terme, lancée dans plus de 100 pays. « En amont, ce projet a été dirigé par Tencent, qui a utilisé ses propres fonds et ingénieurs. Plus tard, la société a contacté Bluehole pour négocier et discuter du lancement officiel », a ajouté une autre source de The Investor. Le studio prévoirait de conclure d'autres accords de fusion et acquisition avec des liquidités sécurisées en plus d'intensifier ses efforts de marketing à l'échelle mondiale.

tencentbluehole_2_article
Des trojans s’immiscent dans PUBG.

La sécurité du jeu compromise ?

En parallèle de cette information, 15 hackers chinois ont été arrêtés, suspectés d’avoir vendu des programmes de triche affectant l’expérience de jeu sur PlayerUnknown’s Battlegrounds. Les données du logiciel anti-triche BattlEye révèlent que 99% des joueurs bannis provenaient de la région chinoise. Dans une annonce publiée sur Steam ce week-end, les responsables de PUBG Corporation ont expliqué que « quinze suspects dont "OMG", "FL", "火狐", "须弥" et "炎黄" ont été arrêtés pour avoir développé des programmes de piratage, hébergé des marketplaces pour ces programmes ainsi que des transactions de courtage. Actuellement, les suspects ont été condamnés à une amende d'environ 5,1 millions de dollars. D'autres suspects liés à cette affaire sont toujours en cours d'investigation ». Outre le simple fait de modifier l’équilibre entre les joueurs, plusieurs de ces logiciels contiennent le virus « Huigezi Trojan Horse ». Ce programme malveillant fonctionne en arrière-plan dans l’optique de scanner les données de l’utilisateur et d’en extraire des informations personnelles. Ces dernières pourraient ainsi faire l’objet de transactions sur les marchés noirs de la toile. « Nous avons amélioré nos mesures de sécurité, nos solutions anti-triche, et même récemment ajouté une nouvelle couche de programmes anti-triche, a déclaré PUBG Corporation. En attendant, nous avons recueilli des informations sur les développeurs pirates (et les vendeurs). Nous travaillons de manière intensive avec de multiples partenaires et autorités judiciaires pour traduire ces personnes devant les tribunaux ». Bien que l’image de l’entreprise à l’échelle sécuritaire ait pris un sacré coup, les joueurs sont désormais avertis des risques encourus. Par ailleurs, le marché chinois étant principalement visé, il est prévisible que Bluehole et sa filiale PUBG corp, s’allient plus étroitement aux ingénieurs et à l’expertise sur les réseaux de Tencent afin d’endiguer les velléités des futurs hackers…

 a