a

Une touche féminine en Overwatch League

 

Une touche féminine en Overwatch League

Selon le média américain spécialisé sur les disciplines sportives qu’est ESPN, la sud-coréenne Kim « Geguri » Se-yeon mondialement connue pour ses talents incontestés en tant que tank avec Zarya, devrait intégrer prochainement les rangs des Shanghai Dragons. Une nouvelle très appréciée par la communauté puisque Geguri est la première joueuse professionnelle à entrer dans le club très fermé de l’Overwatch League.

gegori_1_article
Kim « Geguri » Se-yeon, le visage de l’Overwatch League féminin ?

De Séoul à Shanghai…

Déjà l’année dernière, la sud-coréenne avait fait parler d’elle en parvenant à intégrer l’équipe professionnelle ROX Orcas participant à l’APEX, tournoi professionnel coréen organisé par OGN. Ce dernier existe toujours sous un nouveau nom, les Contenders Corée orchestrés par Blizzard. Une grande première puisque jamais auparavant, une joueuse ne s’était immiscée dans l’univers professionnel d’Overwatch. En 2016, elle avait fait la une des sites spécialisés dans l’eSport lorsque plusieurs membres de la communauté avaient porté des accusations de tricherie concernant son taux de victoires particulièrement élevé (80%) avec son main pick qu’est Zarya. Au vu de l’ampleur et de l’absurdité de l’affaire, l’éditeur du FPS frénétique s’était saisi de la polémique en l’innocentant.

Les 80% de victoires de Kim « Geguri » Se-yeon avec Zarya  pourraient éventuellement permettre aux Shanghai Dragons d’inverser la vapeur et renouer avec le succès. En effet, l’équipe chinoise peine énormément dans la compétition en étant positionnée dernière du classement. Sur ses 5 derniers matchs de cette saison inaugurale, elle n’a réussi à s’imposer qu’une seule fois face aux New York Excelsior. Ainsi, pour booster son roster, l’équipe se doterait également du joueur des Element Mystic Lee "Fearless" Eui-Seok et de Cheon "Ado" Ki-hyun des MVP. Bien que ces informations n’aient pas encore été confirmées par les joueurs, la direction des Shanghai Dragons ou même les représentants de l’Overwatch League, une annonce officielle paraîtra dans les prochaines semaines affirmant ces transferts selon ESPN et ses sources.

gegori_2_article
Sasha «Scarlett» Hostyn remporte les IEM Pyeongchang sur StarCraft II.

Un manque de Girl Power ?

Même si ce futur transfert s’avère positif, il faut souligner que Geguri sera l’unique joueuse professionnelle aux côtés de dizaines de compétiteurs et coéquipiers masculins. Depuis le début de l’Overwatch League composée de rosters 100% testostéronés, la communauté Overwatch critique fortement le manque de femmes. Sur la toile, les internautes n’hésitent pas à pointer ce phénomène du doigt comme étant un véritable frein au développement de la parité dans l’eSport surtout sachant que le jeu possède une large variété de personnages aux traits physiques, caractères et histoires différentes. À ce sujet, Kim « Geguri » Se-yeon a déclaré sur son compte Twitter ne pas vouloir que son « histoire soit utilisée comme un moyen de défendre une idéologie » évitant, dès lors, une participation quelconque à la polémique.

Pourtant, si le jeu vidéo professionnel semble s’être affranchi des frontières en mixant les nationalités et en privilégiant le talent, il demeure encore trop fermé à la féminisation de ses métiers ou de ses acteurs. Les joueuses sont bien trop souvent relayées au second plan alors qu’elles sont de plus en plus nombreuses. En France, selon le Syndicat des Éditeurs de Logiciels de Loisirs (SELL), 43% des consommateurs d’expériences vidéoludiques sont des femmes et ce pourcentage serait en constante évolution. Dans les patries de l’eSport  que ce soit la Corée du Sud, l’Allemagne ou encore les États-Unis, les consciences s’éveillent lentement vers un soutien axé sur l’émergence de talents et protagonistes féminins. En témoigne la victoire de la canadienne Sasha «Scarlett» Hostyn vainqueure des IEM Pyeongchang sur StarCraft II, le RTS futuriste de Blizzard. Elle s’est imposée en finale face à Kim «sOs» Yoo Jin qui jouait pourtant à domicile.

 a